Marjan Buyle

Mission impossible? De conservatie van de muurschilderingen in de pastorie van Meerhout

 

Marjan Buyle

 

De muurschilderingen van de pastorie van Meerhout met voorstellingen van pleinen in Rome, geschilderd naar 18de eeuwse prenten, waren quasi volledig bedekt met onoplosbaar rubber, het mirakelprodukt begin 20ste eeuw voor het oplossen van ‘vochtproblemen’. Ontelbare tests met alle mogelijke solventen, oplosmiddelen, gels etc. gaven geen enkel resultaat. Op een bepaald moment stelde zich het dilemma: gaan we ermee verder of geven we dit ensemble op? Proeven met een industrieel afbijtmiddel, dat normaliter niet gebruikt wordt in de restauratie van muurschilderingen wegens te agressief, deed evenwel het rubber verweken en kon zo afgenomen worden. Op plaatsen waar deze rubberlaag heel dik was, ging dit gepaard met een zeker verlies aan picturale materie omdat het afbijtmiddel ook de originele verf verweekte. Er werd gewerkt met kleine oppervlakken tegelijk zodat de behandeling altijd zoveel mogelijk kon gecontroleerd worden. Bijkomend negatief resultaat van deze handelwijze was dat op sommige plaatsen uitvoerige retouches (tratteggio) nodig waren. Ondanks dit deontologisch probleem werd er toch gekozen om verder te gaan en het ensemble te ‘redden’. De muur aan de tuinzijde en het hoektafereel links van de schouw werden opgegeven wegens te slecht, fragmentarisch en onleesbaar. Deze muren werden neutraal ingeschilderd. Het resultaat was al bij al veel beter dan verwacht. 

 

Mission impossible? Le traitement des peintures murales du presbytère de Meerhout

 

Marjan Buyle

 

Les peintures murales du presbytère de Meerhout avec des représentations de places de Rome, peintes d’après des estampes du 18ème siècle, ont été presque entièrement recouvertes de caoutchouc insoluble, le produit miracle du début du 20ème siècle, destiné à résoudre les problèmes d'humidité. De nombreux tests de nettoyage entrepris avec toute une série de solvants, produits de dissolution et gels n’ont donné aucun résultat. À un certain moment s’est posé le dilemme: allons-nous plus loin ou abandons-nous cet ensemble? Un décapant industriel, normalement non utilisé en restauration des peintures murales car trop agressif, ramollissait cependant le caoutchouc, le traitement pouvait donc être envisagé. Là où la couche de caoutchouc était très épaisse, son enlèvement impliquait une perte de matière picturale parce que le décapant agissait aussi sur la peinture originale. Nous avons travaillé par petites zones pour que le traitement puisse toujours, autant que possible, être contrôlé. Un autre inconvénient de cette approche fut l’important travail de retouche (tratteggio) nécessaire à certains endroits. En dépit de cette question éthique, il a néanmoins été décidé d'aller de l'avant et de « sauver » l'ensemble. Le mur côté jardin et la peinture d’angle à gauche de la cheminée ont été abandonnés car trop endommagés, fragmentaires et illisibles. Ces murs ont été peints d’une couleur neutre. Le résultat a dépassé nos espérances.